Adam Ounas

Adam Ounas, la pépite Bordelaise ?

Après une saison médiocre de la part des Girondins, que retient-on ? L’élimination en phase de poule de la Ligue Europa, la 11 place en Ligue 1, la blessure de Cédric Carrasso ou bien les bonnes performances du jeune Adam Ounas ? Nous avons donc choisi d’évoquer le début de carrière du très prometteur joueur des Girondins.

Afficher l'image d'origine



Adam Ounas, qui est-ce ?

Vous ne connaissez pas Adam Ounas ? Ce joueur est tout simplement LE phénomène des Girondins de Bordeaux durant la saison 2015-2016. On peut également observer que c’est l’un des très rares joueurs à sortir du lot cette saison du côté des Bleus Marines et Blanc… Après une saison riche en émotion pour ce joueur de 19 ans qui a connu ses premières titularisations avec les Girondins de Bordeaux en Ligue 1 mais également en Ligue Europa, Coupe de La Ligue et la Coupe de France. A la fin de cette saison, le jeune Franco-Algérien était rendu à 30 matchs joué. Cette bonne saison lui a valu 2 sélections avec les U20 Français et 1 but de marqué. Des débuts très prometteur également avec l’Equipe de France, reste juste à savoir s’il continuera de défendre les couleurs de la France ou bien choisira-t-il de jouer pour les Fennecs.

Afficher l'image d'origine



Après cette saison, que va faire le Bordelais ?

Afficher l'image d'origine

Après cette bonne saison, ce joueur a donc bien évidement suscité l’intérêt de beaucoup de clubs plus prestigieux les uns que les autres tels que Naples ou Manchester United. Mais, malgré des offres très alléchantes de la part de ses clubs, il a fait le choix de la stabilité en prolongeant son contrat de 2 ans qui le lie à Bordeaux jusqu’en 2021.





La saison de la confirmation ?

Après une première saison convaincante, la saison de la confirmation est souvent la plus compliqué. Malgré cela, le joueur des Girondins a fait un choix très judicieux en restant dans son club pour refaire une bonne saison et ensuite, pourquoi pas changer de club afin de progresser dans un plus gros club.

Afficher l'image d'origine

Nous souhaitons donc une très belle saison à Adam Ounas et nous nous retrouvons jeudi prochain pour la présentation d’un autre joueur.

Publicités

Ci simu é simu pronti

Ci simu é simu pronti

Après des mois de juin et juillet agités au niveau de la DNCG , l’AC Ajaccio est enfin officiellement maintenu en Ligue 2. Le club a réussi à combler son déficit de quatre millions d’euros et peut donc à présent se tourner vers sa nouvelle saison en professionnelle qui commence le 29 juillet sur le terrain du Tours FC.

Afficher l'image d'origine

Olivier Pantaloni peut désormais avoir l ‘esprit tranquille, l’ACA reste en Ligue 2.

Un grand ouf de soulagement c’est fais entendre du coté de Timizzolu ce 12 juillet : Le verdict de la Direction nationale du contrôle de gestion vient de tomber et cette dernière décide de maintenir l’ACA en Ligue 2. Que ce fut dur pour les dirigeants acéistes, accusant au départ un déficit de quatre millions d’euros. Mais l’arrivée de nouveaux investisseurs, du versement d’une subvention par la collectivité territoriale et de la vente de Vincent Marchetti à auteur d’un million-cent-mille euros ont permis de combler cet énorme déficit . Maintenant place aux préparatifs du championnat qui accusent déjà un sérieux retard, notamment au niveau des transferts.

Des transactions difficiles

Cela n’est un secret pour personne mais l’ACA a depuis plusieurs années à présent de très maigres enveloppes pour recruter. De plus, de nombreux départs son venus alourdir la tache du recrutement ajaccien. Parmi ces départs hormis celui de Marchetti vers Nancy on compte ceux de Aine à Chambly , Zié Diabaté à Nimes , Gonçalves à Tondela au Portugal , Scribe qui aura la chance de disputer la Champion’s League avec le Dinamo Tbilissi et pour finir le retour de prêt d’Andrey Panyukov a l’Atlantas Klaipeda. Provisoirement s’ajoute à ces départs Julien Toudic , meilleur buteur du club l’an passé avec huit réalisations au compteurs. D’autres joueurs sont susceptibles de quitter le club. On pense notamment à Zakaria Diallo qui grâce à ses formidables qualités a su taper dans l’œil de nombreuses équipes , mais aussi à Hugo Videmont peu utilisé par Pantaloni la saison dernière. Toutefois ils devraient restés pour la saison à venir faute d’offre.

Auteur d’une très belle saison sous les couleurs ajacciennes , Zakaria Diallo souhaiterai trouver un nouveau challenge ; ou pourquoi pas rester ?

Afficher l'image d'origine

Du coté des arrivées, cinq joueurs sont venus renforcer les rangs aceistes. Marvin Gakpa est arrivé en prêt de Lorient ; le jeune défenseur Jordan Pierre-Charles est arrivé de Colmar ; Jules Goda qui venait de résilier son contrat avec le GFCA vient remplacer Scribe ; Boé-Kane arrive libre pour palier le départ de Marchetti et Cabit vient suppler la défense, en provenance de Bézier. Le mercato est loin d’être terminé et plusieurs joueurs sont susceptibles de rejoindre les rangs ajaccien. Parmi les noms les plus cités dans les médias ces derniers jours on retrouve Robert Maah , Kevin Hoggas , Clarck N’sikulu et Jean-Philippe Sabo.
Le premier avait déjà été approché l’été dernier par Olivier Pantaloni mais avais préféré privilégier l’étranger ; aujourd’hui l’idée de revenir en France lui trotte dans la tête et l’ACA pourrai lui donner cette chance. Les deux suivants viennent de vivre une saison compliquée du coté de la Haute Savoie. Relégués avec Evian , les deux joueurs cherchent un point de chute. Hoggas disposerait de plusieurs options et notamment à l’étranger et N’sikulu est convoité , en plus de l’ACA , par le Gazelec ! Pour l’instant les deux clubs tiennent la corde et négocient une éventuelle signature. Concernant le dernier, ce n’est pas un inconnu du coté de Timizzolu. Auteur d’une saison pleine avec le club lors de la saison 2009/10, le joueur formé a l’OM ne serait pas contre un retour du coté de la cité impériale. Mais avec le retardement de la réponse de la DNCG , Sabo se serait impatienté et donc les espoirs de le voir porter a nouveau la tunique blanche et rouge restent minces. (D’autres noms sont a ma disposition concernant le mercato aceiste, mais par respect pour le club je ne les divulguerais pas.)

Maah pisté, Sabo de retour ?

Un effectif avec du potentiel

Afficher l'image d'origine

Certes il est encore trop tôt pour dire ce que vaut cette équipe Ajaccienne mais au vu des entraînements et des matchs amicaux plusieurs joueurs sont déjà sortis du lot lors de cette intersaison.
Tout d’abord les nouvelles recrues. Lors des matchs amicaux, Pierre-Charles, qui avait beaucoup été décrié lors de son arrivée, a fait taire une bonne partie des critiques . Solide et agil, l’ex de Colmar a montré qu’il avait toutes les qualités requises pour remplacé Zié Diabaté. Reste maintenant à savoir ce qu’il donnera pour sa première saison chez les professionnels. Autre recrue à avoir brillée lors de cette préparation estival Marvin Gakpa. Le joueur prêté par les merlus ne cesse d’impressionné par sa vitesse , son agilité et son sens du jeu. Auteur de quatre buts en deux matchs amicaux , il pourrait se révéler déterminant pour la saison à venir et pourrait très vite devenir incontournable. Pour ce qui s’agit des anciens, Nouri et Videmont continuent de monter en puissance , Johan Cavalli retrouve ses jambes de feu et l’inusable Laurent Abergel ainsi que l’incroyable Christophe Vincent ne cessent de nous régaler. Mais la révélation de la saison pourrait venir de la où on ne l’attend pas. En effet, le jeune et discret Alexandre Ramalingom fais forte impression au sein du groupe aceiste.
Extrêmement à l’aise balle au pied, il impressionne autant par sa conduite de balle que par ses dribbles, son agilité et sa pointe de vitesse. Il reste donc à suivre pour la saison a venir.

Impressionnants pour leur début, Gakpa et Pierre-Charles
peuvent avoir le sourire.

Afficher l'image d'origine

Vous l’aurez compris la saison de l’ACA sera semée d’embûches , mais le groupe ajaccien possède de nombreuses ressources qui pourrons lui être capital au file de la saison.

@A_Spelunca

L’Euro 2016 est ouvert !

L’Euro 2016 est ouvert !

Après une belle cérémonie d’ouverture le match tant attendu, celui de l’équipe de France qui affronte la Roumanie au stade de France.



La cérémonie d’ouverture de l’Euro 2016, vendredi soir au Stade de France, juste avant France-Roumanie, n’a pas fait l’unanimité sur les réseaux sociaux.



Didier Deschamps a aligné le même 11 ou presque qui à affronter l’Ecosse , Griezmann à été préféré a Coman.
21h00 le match est lancé !
Et dés la 4′ les Roumains ont failli ouvrir le score sur corner avec une tête de Stancu mais c’est sauvé sur la ligne par un énorme réflexe du capitaine Hugo Lloris.
Il faut attendre la 14′ pour voir une occasion dangereuse de la part des Bleus avec Sagna côté droit qui centre vers Griezmann qui manque la balle  mais après une erreur de Chiriches, Griezmann reprend le ballon de la tête et trouve le poteau de Tatarusanu.
A partir de la les Bleus enchaîne les occasions mais la défense et le gardien roumains sont présent tandis que les occasion roumaines sont dangereuse car la défense française est très fébrile mais Lloris est la pour les rattraper.


En seconde période les bleus se font submerger par les roumains durant les 10 premières minutes mais sans ouvrir le score.
Ce n’est qu’a la 57′ que Payet au coté droit centre du pied gauche sur Olivier Giroud qui, avec de la réussite, marque de la tête.
A ce moment les Bleus marque le premier but de cet Euro 2016 !
Mais les roumains qui se défendaient très bien vont à l’offensive et à la 64′ Evra fait faute sur Stanciu dans la surface de réparation et l’arbitre siffle un penalty pour la Roumanie !
65′ Stancu s’élance et égalise pour la Roumanie en tirant a gauche de Lloris qui était rester au milieu.
Des occasions des deux cotés mais alors que l’on approche de la fin du match c’est encore une fois Dimitri Payet qui sauve l’équipe de France d’une magnifique frappe du pied gauche en pleine lucarne.


L’arbitre siffle la fin du match et grâce à un énorme Payet l’équipe de France gagne son premier match dans cette Euro sur le score de 2-1.



Le joueur de West Ham a offert la victoire aux Bleus à la toute fin du match.



Ce qu’il faut retenir :

Tops:
Payet qui à été passeur puis buteur c’est lui qui nous offre la victoire.
N’Golo Kante qui a fait un match remarquable, il était toujours sur le ballon.

Flops :
On ne peut pas les mettre dans flop par le talent mais par rapport a ce match Pogba et Griezmann étaient cachés, mais ils se rattraperont !
Evra qui a fait un mauvais match suite à de nombreux ballon et à même provoque le penalty (son premier sous les couleurs de la France).

Apres cette victoire de l’équipe de France, il reste maintenant a voir ce qu’il en sera de ses futurs adversaires, l’Albanie et la Suisse qui se sont affrontés Samedi 11 juin a 15h .

@Woozzer_

UN EURO EN OR ?

UN EURO EN OR ?

Afficher l'image d'origine

2016 est une grande année de sport : les Championnats d’Europe de natation à Londres qui se sont déroulés en mai, Roland Garros à la porte d’Auteuil qui s’est terminé le 5 juin, et maintenant le Championnat d’Europe de Football qui se déroule dans 10 villes de France, plus intimement appelé l’EURO. S’ensuit la Copa America puis les JO de Rio cet été ! Mais maintenant, c’est l’Euro. L’Euro qui commence le 10 juin. Le 10 juin. Le 10 juin, oui c’est demain, plus qu’un dodo ! Le 10 juin, c’est la date symbolique d’un grand mois de folie, espérons- le. C’est le jour que tous les supporters de football de toute l’Europe attendent pour vivre ensemble cette Coupe qui ô joie, se déroule en France. Depuis deux ans maintenant que cet événement est dans toute les têtes après la Coupe du Monde au Brésil, ce ne sont pas seulement 10 villes qui vont vibrer au rythme des équipes présentent et des matchs qui vont s’y dérouler, mais c’est bel et bien tout un pays, 65 millions de personnes, il me semble.

La France espère y croit,et c’est légitime. En effet, une victoire en 1984 face à l’Espagne, tandis que la compétition était organisée dans le même pays et une réussite en 2000, pour ce qui est des championnats d’Europe laissent présager de bonnes choses pour la France : on dirait que le chiffre 16 est son porte-bonheur. Après tout, les bookmakers anglosaxons ne prévoient-ils pas eux aussi la France victorieuse ? Toutefois, il ne faut pas oublier qu’en 1984, la phase finale regroupait seulement 8 équipes tandis qu’elle st constituée de 24 équipes cette année : la compétition est tout autre.

Seulement, d’autres grandes nations européennes sont présentes. L’Allemagne, l’Espagne ou encore l’Italie ont été en finale depuis 2006 soit d’une Coupe du Monde ou d’une Coupe d’Europe. Expérience et danger. Il est dit que la Nationalmannschaft est plus faible depuis le Brésil en 2014 ; cependant, elle peut compter sur des joueurs d’expérience champions du monde pour sa 12ème phase finale d’un Euro depuis 1972. Et puis, Français et Allemands ne sont-ils pas de grands adversaires footballistiquement ? Un peu de piment dans le bourguignon. L’Espagne quant à elle a toujours à sa tête Vicente del Bosque depuis 2008, et donc 2 Coupes d’Europe et une Coupe du Monde au compteur. Pour cette compétition en France, il a choisi de se séparer de joueurs tels que Costa ou encore Torres pour laisser place à des jeunes comme Lucas Vazquez (Real Madrid), qui était, tient ! présent en finale de la Ligue des Champions. Talents … L’Italie, elle, après une Coupe du Monde ratée au Brésil espère reprendre des couleurs chez son voisin frontalier. Les grands adversaires sont nombreux, comme la Belgique, deuxième au classement FIFA, avec notamment un Eden Hazard capitaine très attendu. D’autres nations, collectivement ne sont pas dans les petits papiers des parieurs mais pourraient bel et bien être présentes grâce à un homme qui soulève ces équipes : Bale pour le Pays de Galles ou encore Ronaldo dans le Portugal. 24 équipes, c’est bien cela ?

Mais. Mais, impossible n’est pas Français c’est bien cela. Oui c’est cela. La France, ou tout du moins les aficionados, attendent de se parer de bleu, de blanc et de rouge ; attendent de vibrer devant les matchs entre amis ; attendent l’Equipe de France. Pourvu que les coups- francs de Payet nous fassent crier de joie dans le temps additionnel, pourvu que la tête de Rami envoie la balle au fond des filets, pourvu que les débordements de Coman soient des passes décisives pour Giroud, pourvu que Pogba et Matuidi nous fassent rêver par leur jeu de jambes pour filer droit au but !

Pourvu que cette équipe de France nous fasse rêver et gagner. Car avant tout, oui, c’est une équipe qui va et doit tout faire pour réussir son Euro. Et nous savons par quoi passe une réussite… Une chose est sure, Didier Deschamps, l’homme des grandes compétitions a réuni un groupe, son groupe, qui doit tout faire pour aller au bout. L’Euro, c’est demain, et nous sommes prêts !

Chloé Rebaudo

Danone Nations Cup

Le Dimanche 15 Mai 2016, l’Equipe de Planète Football a eu le plaisir d’être invité à la Danone Nations Cup. Cette compétition rassemble les 10 meilleures équipes Françaises jouant dans la catégorie U12. Ce tournoi a eu lieu au Stadium Lille Métropole. Ce dimanche, il y eu également la présence  du parrain de cet événement, Mr Blaise Matuidi !

DSC_0048.JPG

 

Cette compétition a commencé le Dimanche aux alentours de 9h30. Chaque équipe a joué 9 matchs. A la fin de ses 9 premiers matchs, Torcy, Montpellier, CFFP et Toulouse se sont qualifiés pour les « play off ». La première demi-finale opposa Torcy à Toulouse et la seconde, Montpellier au CFFP. Les 2 clubs Franciliens gagnèrent leurs matchs et s’affrontèrent donc en finale avec la victoire 1 à O du CFFP contre Torcy.

Le CFFP va donc représenter la France lors de la Danone Nations Cup en Octobre Prochain. Nous souhaitons le meilleur pour cette jeune équipe pleine de talent !

Cette journée a aussi était marqué par la venu de Blaise Matuidi et Rio Mavuba. Le parrain de cette compétition n’a pas hésité à prendre des photos avec tout les jeunes joueurs ainsi qu’en leur donnant un maximum de conseil .

Nous allons donc vous quittez avec cette phrase que Blaise Matuidi a répété à ses jeunes joueurs, « Tu peux avoir le talent… mais sans le travail, tu n’es rien. »

LOSC : L’inattendue remontée

LOSC : L’inattendue remontée

Afficher l'image d'origine

Le LOSC, au fond du gouffre… C’est bel et bien ce que certaines personnes pensaient de cette équipe au milieu de saison. Après avoir obtenu un bilan médiocre à la mi-saison, cette équipe était au plus bas. Ils ont même mis les pieds dans la zone rouge ce qui pouvait nous faire penser au pire. Mais voilà, l’arrivée de l’entraîneur Antonetti sur le banc des Dogues a tout changé.

La pouvoir a été offert aux jeunes joueurs. Parlons du cas Amadou, qui est devenu titulaire sous l’ère Antonetti. Ce jeune joueur prodige vient du Stade Lavallois, avec Herve Renard il ne jouait pas ou presque. Mais voilà Antonetti lui a laissé sa chance et cela a fini par payer. Il est même devenu titulaire au dépit de Mavuba.

Ce club reste sur une très belle série en Ligue 1 (6 victoires, 1 nul). Seul Angers a réussi à freiner le LOSC dans sa lancée. Mais le jeu a complétement évolué, l’attaque s’est réveillée grâce à l’intraitable Sofiane Boufal et le joueur venant de Swansea Eder qui pèse énormément sur les défenses adverses. Maintenant une question se pose : Le LOSC va-t-il réussir à accrocher l’Europe ou, au contraire, va-t-il finir par flancher ?

@MezianeNathan

Arsenal – Barcelone / Juventus – Bayern Munich (match aller)

Une soirée riche en buts mais peu de suspense en vue de la qualification

Afficher l'image d'origine

Cette soirée Ligue des Champions nous aura livré le spectacle attendu. En effet le Barça est allé s’imposer sur la pelouse d’Arsenal 2 buts à 0 tandis que la Juventus a tenu en échec sur sa pelouse le Bayern Munich, 2 buts partout.

Le Barça règne en maître

Malgré un début de match certes difficile, mise sous pression par une équipe londonienne très active offensivement et bien en place défensivement, le Barça a globalement très bien géré son match. En effet, comme a son habitude, la possession du ballon était encore à leur avantage, même à l’extérieur, avec, 72% dès la 40ème minute. Malgré quelques frayeurs défensives sur un centre en retrait de Alexis Sanchez (7ème) ou le frappe de Oxlade obligeant Ter Stegen a se coucher (23ème) le Barça s’est vite mis en route et a prouvé sa puissance. En effet Suarez, juste avant la pause a eu deux opportunités d’ouvrir la marque, d’abord sur une passe de Lionel Messi, mais sa frappe est trop croisée (45ème+1), puis sur une remise de Dani Alves, où il voit sa tête fuir le cadre (45ème+2).

Au retour des vestiaires, le Barça a continué sur la même lancé que le fin de première période, sur un rythme élevé, et sur une possession toujours plus forte. En effet Iniesta lance Neymar dans la profondeur, Cech sort parfaitement, et effectue un arrêt capital (49ème). Mais toujours quelques offensives, menées en contre de la part des hommes d’Arsène Wenger, avec notamment, ce qui sera, sans doute, leur meilleure opportunité, cette tête piquée d’Olivier Giroud sur un centre de Monréal, qui voit Ter Stegen effectué un arrêt de grande classe au ras de son poteau droit (59ème).

C’est contre ses habitudes que le Barça va rendre la tâche aux Gunners encore plus compliquée. Sur une récupération dans leur surface, Iniesta s’arrache pour remettre à Suarez, qui décale en première attention Neymar, qui lui décale Messi dans la surface, crochète Cech déjà au sol, puis crucifie les gunners, 1-0 !

Et les offensives des Catalans ne n’arrêtent plus, sur un énième numéro de Messi, Suarez est servi par Neymar, et voit sa frappe taper le poteau avant de sortir en six mètres (78ème). Puis, tout espoir londonien va être quasiment enterré avec cette faute de Flamini sur l’inarrêtable Messi dans la surface. Le pénalty est transformé par ce dernier, qui prend Cech à contre-pied, pour la deuxième fois de la soirée, et pour ses premiers buts en C1 contre ce gardien.

Le score aurait pu être encore plus lourd, si Neymar avait concrétisé le centre de Suarez, mais sa tête placée, trouve Cech qui dévie en corner (90ème+1).

Le Barça a donc mis 1 pied et demi en quart de finale de la Ligue des Champions avec cette victoire. En effet, depuis la saison 1970-1971, 96.69% des équipes ayant gagné 2-0 à l’extérieur au match aller se sont qualifiées pour le tour suivant en Coupe d’Europe. Malgré tout Luis Enrique reste prudent, même si ce match est « un bon résultat » le Barça « n’est pas encore qualifié » selon le technicien catalan.

Réponse au match retour, le 16 mars à 20h45 au Nou Camp de Barcelone.

La Juve garde espoir

Leadeur incontesté, et incontestable de Bundesliga (en 22 matchs c’est 19 victoires, 1 défaite, et 2 nuls), le Bayern a encore une fois montré sa supériorité. En effet ils ont dominé de la tête et des épaules la première heure de jeu, récupérant le ballon très haut, et le faisant tourner très

souvent devant la surface adverse. Sur une combinaison Lewandowski-Lahm, Muller récupère le ballon, et est tout près d’ouvrir le score malgré le but vide, quel raté de l’allemand (13ème). Sur une nouvelle offensive, Robben voit sa frappe passer légèrement au dessus (23ème), et Buffon se montre une nouvelle fois décisif en détournant le tir dans la surface de Bernat (31ème). Une tactique qui va s’avérer payante, leur permettant d’ouvrir le score sur leur sixième occasion. Sur un centre de Douglas Costa, le ballon est légèrement dévié par Barzagli, qui permet à Muller de récupérer le ballon, et d’un plat du pied, de tromper Buffon, hauteur déjà de 3 parades dont une extraordinaire à la 4ème minute sur une demi-volée de son ex-coéquipier, Arturo Vidal, 1-0 pour la Bayern (43ème). La Juve a beaucoup de mal face à cette équipe bavaroise durant cette première période qui monopolise la ballon (70% de possession), où l’on ne peut voir qu’une réelle occasion dangereuse turinoise. Paul Pogba récupère un ballon, lance Dybala, qui centre pour Mandzukic, qui se jette pour reprendre le ballon, mais ne parvient pas à cadrer (12ème).

Au retour des vestiaires, le Bayern reste sur la physionomie de sa première mi-temps, David Alaba tente sa chance à l’extérieur de la surface, et voit sa frappe frôler la lucarne droite de Buffon (51ème). Le Bayern ne va attendre longtemps pour faire le break. Sur un contre très rapide, Thiago décale Lewandowski, qui sert Robben côté droit, ce dernier fixe Barzagli, pénètre dans la surface, et enchaîne d’un sublime tir enroulé qui finit sa course dans la lucarne gauche de Buffon (55ème). C’est la spéciale Robben, 2-0 pour le Bayern !

Puis le réveil des Bianconeris après l’heure de jeu a sonné. Kimmich dégage mal sur un centre de Cuadrado, Mandzukic récupère le ballon, et décale Dybala, entré en jeu quelques minutes plus tôt, qui, d’un tir du pied gauche, trompe Neuer pour la première fois de la soirée, la Bayern n’a plus qu’un but d’avance, 2-1 !

Puis sur un nouveau contre, la Juventus va se montrer dangereuse. Mario Mandzukic s’échappe à gauche, sert Cuadrado, qui frappe, et oblige Neuer à faire un arrêt splendide du bout des doigts, sur un ballon, qui, a première vue, partait sous sa barre transversale (67ème). La Juve ne se fait plus attendre, une minute après l’arrêt de l’international allemand, Pogba fixe Muller, puis enroule son ballon, mais son tir passe de peu à côté de la lucarne droite de Neuer, battu sur ce coup-là (68ème). L’égalisation était proche, et la Juve va concrétiser ses moments forts. Mandzukic décale Morata dans la surface, qui centre de la tête pour Sturaro, qui se jette et trompe Neuer malgré un retour de Kimmich, 2-2 entre les deux équipes (76ème) !

Plus beaucoup d’actions franches à se mettre sous la dent si ce n’est ce centre de Ribéry qui ne trouve pas preneur (87ème), et ce coup-franc de Morata qui trouve Bonucci, qui lui tente sa chance d’une volée du droit et voit Neuer capter ce ballon au ras de son poteau gauche (90ème+1).

Cette remontée rageuse de la Juve à l’image de Mandzukic, leur permet de garder un petit espoir de qualification. En effet 21.74% des équipes ayant fait 2-2 au match aller à domicile se sont qualifiées au tour suivant depuis la saison 1970-1971. Malgré ces chiffres et ce nul, la Juve y croit à l’image de Paul Pogba « Ils ont fait deux petites erreurs, on a mis deux buts […] On y croit. On joue au foot pour ça. »

Réponse au match retour, le 16 mars à l’Allianz Arena de Munich.

Corentin LACOSTE / @CocxFcgb78